Centre Amazonien

CENTRE AMAZONIEN D'ANTHROPOLOGIE ET D'APPLICATION PRATIQUE

 

LE CENTRE AMAZONIEN D’ANTHROPOLOGIE ET D'APPLICATION PRATIQUE, Institution de l'Eglise Catholique, au service de l'Amazonie depuis 16 ans, confronté à la grave situation de violence politique vécue actuellement par les habitants de la jungle, exprime à l'opinion publique ce qui suit :

La jungle centrale de notre pays est devenue l'un des principaux centres de la sanglante violence armée. C'est une zone de culture caféière et fruitière dans laquelle vivent des autochtones de différents groupes ethniques sur les rives des fleuves Pichis, Palcazu, Pangoa, Ene, Tambo et Perené, organisées en communautés autochtones. Il y a aussi une présence importante de population paysanne investie principalement dans l'activité agricole.

Deux secteurs de la population, les autochtones et les paysans, sont les principales victimes de la violence armée : assassinats et disparitions forcées, torture, destruction et expulsion forcée dans des camps et effondrement de leurs organisations. On connaît déjà l'opinion, ainsi que celle de plusieurs dirigeants d'organisations autochtones, victimes de cette folie… La violence armée !

Ces derniers jours, entre le 27 et le 29 septembre, dans la ville de La Florida, province de Chanchamayo, département de Junín, un groupe subversif a commis sept meurtres sélectifs, dont celui d'une religieuse de la Congrégation du Bon Pasteur, Sœur Agustina Rivas, âgée de 70 ans. 

La mort arbitraire de tant de Péruviens nous blesse et nous inquiète profondément. Chaque jour, il devient de plus en plus nécessaire et urgent d'unir les efforts pour les traduire en actions concrètes et efficaces afin que cesse cette spirale de violence dans laquelle vit le pays.

 

Malgré cette situation conflictuelle :

- Nous croyons que la force de la foi qui unit tous les Péruviens donnera naissance à l'énergie, à la créativité et à l'espérance pour surmonter ce qui peut sembler impossible.

- Nous croyons que nous construisons le Royaume de Dieu en faisant du Pérou un espace où chaque Péruvien est reconnu comme sujet avec tous ses droits et où nous avons tous la possibilité d'interpréter l'histoire et de la construire.