Message de la Responsable de Congrégation

La Congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon-Pasteur a une mission qui favorise la dignité et le développement intégral de chaque personne. Depuis près de quatre cents ans, Notre-Dame de Charité du Bon-Pasteur rend des services pour protéger, soigner et responsabiliser les filles, les femmes et les enfants qui ont été confrontés à la violence, à la discrimination, à la pauvreté et à d’autres formes d’exclusion sociale et de vulnérabilité personnelle.
Inspirée par la miséricorde et l’amour de Dieu, la Congrégation a appliqué les meilleures connaissances de chaque époque pour rendre de tels services, trouvant des moyens efficaces et créatifs de soutenir la valeur de la personne humaine dans des contextes sociaux très divers. La dignité humaine, la réconciliation spirituelle et les droits humains inhérents à chaque membre de la famille humaine ont toujours été au centre de notre travail apostolique.
Cependant, en tant que Congrégation constituée par des êtres humains et membres de l’Église catholique romaine aux dimensions du monde, nous n’avons pas été parfaits et nous devons reconnaître les fois où, en tant qu’individus ou en tant que Congrégation, nous n’avons pas rempli notre vision et notre devoir de diligence. Cela nous a amenés à revoir les pratiques et les systèmes qui ont causé des souffrances et des traumatismes aux enfants dont nous nous occupons ou dont s’occupent l’Église et les personnes religieuses.
Compte tenu du fait que notre mission implique des situations et des personnes qui sont vulnérables et qui vivent dans des conditions à haut risque, nous devons nous assurer de toujours adopter les normes spirituelles, éthiques et professionnelles les plus élevées pour y faire face. Pour cette raison, chaque Unité, chaque apostolat, chaque communauté affiliée à notre Congrégation est tenue de se conformer à ces politiques et procédures de sauvegarde qui sont conformes aux normes internationales les plus élevées des droits humains. La protection de l’enfance va au-delà de la responsabilité d’une seule organisation, car elle exige des actions de plaidoyer cohérentes à tous les niveaux pour s’assurer que des politiques publiques fortes créent un espace sûr pour tous les enfants. Par le biais de notre travail international et local de Justice et Paix, nous nous engageons à atteindre cet objectif et à promouvoir un changement systémique à l’appui de meilleures politiques de sauvegarde et de protection.
Par ce document, nous réaffirmons que pour notre Congrégation, toute forme d’abus contre les enfants est inacceptable. Quel que soit le type d’abus, seul un cadre politique clair et cohérent et des procédures efficaces peuvent prévenir et combattre de telles formes d’abus.

Dans tous nos apostolats et dans tous nos travaux, la Congrégation s’engage à faire en sorte que chaque enfant bénéficie d’un environnement protecteur dans lequel ses droits sont respectés. La Congrégation actualisera régulièrement ses règles relatives aux droits de l’enfant, en y intégrant les exigences les plus élevées conformément aux normes internationales et aux meilleures pratiques actuelles.
La Congrégation est consciente que le risque de porter atteinte à l’intégrité des enfants est bien réel, et c’est pourquoi nous nous engageons à promouvoir largement cette politique, non seulement à l’intérieur, mais aussi auprès des organisations partenaires avec lesquelles nous travaillons. En cas d’abus ou de soupçon d’abus, notre principe fondamental exige une réponse immédiate et professionnelle qui respecte la législation en vigueur dans le pays et au niveau international. Chaque équipe de gouvernement d’Unité, apostolat et projet, doit respecter, confirmer et signer la présente politique, qui sera utilisée dans tous les services et activités relevant de sa compétence. Si une politique de protection de l’enfant est déjà en vigueur au sein de l’Unité, la direction veillera à ce que la politique en vigueur soit entièrement conforme à la politique présente. Les responsables, les directeurs et les responsables des apostolats, des programmes et des projets doivent s’assurer que tous les religieux, le personnel, les partenaires laïcs et les bénévoles connaissent et respectent la présente Politique de Congrégation pour la Sauvegarde de l’Enfant.
Chaque Unité doit adapter les principes aux réalités et aux lois locales, nationales et régionales, sans porter préjudice à l’enfant, en acceptant, par exemple, une définition différente de l’enfant comme dans certains pays où il s’agit de toute personne âgée de moins de 16 ans, ou en acceptant la loi qui autorise le “mariage des enfants”.
L’Equipe de Gouvernement de la Congrégation, avec le soutien de la Fondation Bon Pasteur International et en étroite collaboration avec les responsables des Unités et des Cercles des Provinciales, dirigera et soutiendra la mise en oeuvre effective de cette politique, avec les ressources adéquates, pour s’assurer que la Congrégation à tous les niveaux a mis en place toutes les garanties et systèmes pour prévenir et signaler tout tort causé aux enfants.
Aucun ministère ne sera approuvé ou maintenu sans qu’une politique de protection de l’enfance ne soit alignée sur la politique actuelle.
Je vous remercie d’avance pour votre engagement et votre zèle à défendre le droit de chaque enfant.

 

Soeur Ellen Kelly
Responsable de Congrégation
Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur