Joie et Paix

Alors que nous attendons avec impatience et que nous nous préparons à célébrer la naissance du Christ ce samedi, nous arrivons au terme de nos réflexions sur Aguchita à la lumière de la lettre encyclique du Pape François Laudato Si' : Sur la sauvegarde de la maison commune. Pendant sept semaines, le tissage de la vie d'Aguchita dans les mots de François nous a éclairés, interpellés et inspirés. Au cours de cette semaine, nous réfléchirons au sixieme chapitre de l'encyclique : « Éducation et spiritualité écologiques ».
 

Dans ce dernier chapitre, François se tourne directement vers nos propres modes de vie, attitudes et convictions. Dans la quatrième partie du chapitre, intitulée « Joie et paix », François nous met au défi qu'au lieu d'agir en tant que consommateurs inconscients, souvent criblés d'un sentiment de vide et d'anxiété, nous adoptons plutôt un mode de vie qui véhicule plus de modération et de paix intérieure, et finalement plus de joie et d'épanouissement. Sur la joie et la paix, il écrit :
 

Il est important dassimiler un vieil enseignement, présent dans diverses traditions religieuses, et aussi dans la Bible. Il sagit de la conviction que moins est plus. En effet, laccumulation constante de possibilités de consommer distrait le coeur et empêche dévaluer chaque chose et chaque moment... ceux qui jouissent plus et vivent mieux chaque moment, sont ceux qui cessent de picorer ici et là en cherchant toujours ce quils nont pas, et qui font lexpérience de ce quest valoriser chaque personne et chaque chose, en apprenant à entrer en contact et en sachant jouir des choses les plus simples... Aucune personne ne peut mûrir dans une sobriété heureuse, sans être en paix avec elle-même... La paix intérieure des personnes tient, dans une large mesure, de la préservation de lécologie et du bien commun.
 

Aguchita a imprégné ce mantra biblique du ‘moins est plus’ et était par conséquent - et évidemment - une personne plus joyeuse, en paix avec elle-même et avec les autres. A Noël, elle a appris aux filles à faire des panettones au foyer Reina de la Paz. Rosa, l'une de ses anciennes élèves, a rappelé comment Aguchita « en profitait pour nous donner des cours. Les panettones même si le résultat était souvent comme des pierres. Elle s’exclamait : ‘Oh Seigneur, qu’est-ce que c’est que ça ?’, mais elle les goûtait toujours ». Quand les panettones étaient prêts, ils étaient enveloppés dans du papier cellophane et ornés d’un noeud. De cette façon, ils n’avaient plus besoin d’acheter des panettones ailleurs, et ainsi « nous pouvions apporter notre cadeaude Noël ».
 

Aguchita n'était pas un consommateur inconscient. Elle a trouvé la joie et la paix dans la façon dont elle chérissait chaque personne, chose et moment. Alors que vous vous préparez à Noël, comment pouvez-vous répondre au défi de François de transformer votre mode de vie, votre attitude et vos convictions pour atteindre une présence plus joyeuse et apaisée en adoptant l'approche 'moins est plus' ?