L'Évangile de la création

Pendant sept semaines, nous serons éclairés, interpellés et inspirés par les paroles de François et la vie d'Aguchita alors que nous poursuivons notre voyage avec elle à la lumière de la lettre encyclique du pape François Laudato Si' : Sur la sauvegarde de la maison commune. Au cours de cette troisième semaine, nous réfléchirons au deuxième chapitre deux de l'encyclique : « L'Évangile de la création ».
 

Dans le deuxième chapitre, François explique comment, quand nous prenons conscience du reflet de Dieu qui se trouve dans tout ce qui existe, le cœur expérimente le désir d’adorer le Seigneur pour toutes ses créatures, et avec elles. Notamment, il écrit :
 

Tout lunivers matériel est un langage de lamour de Dieu, de sa tendresse démesurée envers nous. Le sol, leau, les montagnes, tout est caresse de Dieu. Lhistoire de lamitié de chacun avec Dieu se déroule toujours dans un espace géographique qui se transforme en un signe éminemment personnel, et chacun de nous a en mémoire des lieux dont le souvenir lui fait beaucoup de bien. Celui qui a grandi dans les montagnes, ou qui, enfant, sasseyait pour boire leau au ruisseau, ou qui jouait sur une place de son quartier, quand il retourne sur ces lieux se sent appelé à retrouver sa propre identité.

 

C'est cinquante ans depuis son entrée dans la Congrégation en 1940 qu'Aguchita a eu la chance de retourner dans les montagnes de son enfance à Coracora. À cette occasion, en compagnie de ses frères, elle put évoquer les souvenirs de son enfance et d’une partie de son adolescence. Elle marcha lentement dans ces lieux où, alors enfant débordante d’énergie, elle avait couru ; elle se rendit sur les rives de la lagune bleue de Parinacochas pour contempler les flamants des Andes, semblables à des drapeaux. Elle alla à travers champs et foula la terre qu’elle avait auparavant aidé à semer et à récolter. Elle trempa ses pieds dans la rivière pour savourer l’eau froide de la cordillère. Elle alla aussi dans le potager, où elle contemplait autrefois les buissons parsemés de belles fleurs.
 

Pour Aguchita, ces lieux auraient eu en un signe éminemment personnel ; ils lui auraient parlé de l'histoire de son amitié avec Dieu. Juste un an plus tard, elle connaîtra le martyre à La Florida., ce voyage lui a permis de revisiter ses souvenirs et de lui rappeler sa propre identité.
 

Quel endroit particulier vous parle de votre amitié avec Dieu ? Retournez-y, même si dans le silence de votre esprit. Écoutez ce que Dieu vous a dit là-bas, et que vous dit-il maintenant ? Soyez présent à la caresse des tendres soins de Dieu et apportez cette étreinte réconfortante avec vous lorsque vous revenez au présent.