« L'amour et la fidélité du Bon Pasteur... Reconnaissance ! »

Article par la Province des Philippines-Japon

 

Le dimanche du Bon Pasteur est tombé cette année le 25 avril - lendemain de la fête de Sainte Marie Euphrasie – nous sommes donc allés de jour de fête en jour de fête. Malgré l’absence d'autres sœurs, de la famille et des amis, ces deux jours ont apporté vie et joie à la communauté - et même au-delà - après une période un peu trop calme, étant donné l'absence de messes et de rassemblements en direct dans notre complexe du Bon Pasteur à Quezon City aux Philippines.
 

La messe pour la fête de Sainte Marie-Euphrasie a été présidée par le Père Robert Leus, CJM. Dans son homélie, le Père Robert a souligné que l’amour qui a motivé Marie-Euphrasie à établir le Généralat à Rome relie toujours toutes les sœurs et les partenaires à travers le monde, et maintient vivante la mission auprès des femmes et des enfants. Nous avons été témoins de cet amour car quatre enfants de nos programmes ont eu la grande joie de recevoir Jésus dans le pain eucharistique pour la première fois à la messe, après le catéchisme avec Sr Carmelita Medenilla. Dans l'après-midi, les sœurs ont apprécié (et pleuré !) le spectacle : ‘Euphrasia the Musical’. Vraiment, une journée pour raviver l'esprit de notre Mère fondatrice. Le tour de nos partenaires laïcs est venu les jours suivants.

 


Le 24 avril, Sœur Euphrasie Katoh a célébré a posteriori son jubilé d'or
avec la communauté de Toyonaka, au Japon, lors d'une messe présidée par le Père Noda.

 

Le jour suivant, dimanche du Bon Pasteur, une messe a été célébrée en action de grâce pour nos 16 sœurs qui célèbrent leur jubilé cette année sur le thème : « L'amour et la fidélité du Bon Pasteur... Reconnaissance ! ». Dix d'entre elles étaient présentes, certaines autres se sont jointes à la messe en direct. Tous étaient virtuellement et spirituellement unis ! Dans son message, Sœur Susan Montano, responsable de la province, a remercié tous les jubilaires pour le don passionné et généreux de leur vie au fil des ans. Leur témoignage se poursuit, a-t-elle affirmé, par des engagements actifs ou par un ministère discret de présence et de prière.
 

Au cours du week-end de festivités et dans les jours qui ont suivi, l'amour et la fidélité du Bon Pasteur ont également été ressentis concrètement : les garde-manger communautaires du Bon Pasteur ont été ouverts dans les différents secteurs de mission du Bon Pasteur. Le "garde-manger communautaire" est une initiative de Mme Ana Patricia Non, laïque, pour répondre à la pénurie alimentaire croissante parmi les personnes les plus touchées par la pandémie. Comme à la multiplication des pains dans l'Évangile, ce qui a commencé par un petit chariot au coin d'une rue de Quezon City où les gens pouvaient "obtenir ce dont ils avaient besoin et donner ce qu'ils pouvaient" s'est rapidement étendu à de nombreuses régions des Philippines. Des tableaux, des bénédictions évoquent la vie promise en abondance par le Bon Pasteur - une source sûre d'espoir au milieu de la sombre réalité dans laquelle nous vivons. À cette "extravagance divine", notre réponse retentit : "Reconnaissance !"
 


En partenariat avec de généreux amis, familles et bienfaiteurs, cinq garde-manger communautaires
ont été ouverts à Cebu, Quezon City, Catanduanes, Batangas City et Alitagtag.

 

Nous aimerions terminer en partageant avec vous une réflexion personnelle de Sr Gemma Dinglasan qui a célébré son jubilé d'argent cette année...
 

« Célébrer en cette période de grande peur et d'anxiété est apparemment paradoxal. Comment pouvons-nous célébrer quand le reste du monde agonise ? Des milliers de personnes meurent, des millions sont affamées. Quand notre groupe préparait cet événement en décembre dernier, nous espérions que les choses auraient changé depuis. Oui, elles ont changé, mais pas pour le mieux, car nous sommes confrontés à une nouvelle vague de COVID. Nous avons alors décidé d'organiser une célébration privée sans invités, avec de la nourriture distribuée dans des boîtes de type bento pour éviter tout rassemblement.  Il y avait du danger et de la peur ; pourtant, nous avons décidé : nous allons célébrer ! Tout comme nos années de vie religieuse, les joies et les peines, les triomphes et les croix se rejoignent toujours. Au cours de mes 25 ans, j'ai remarqué cette tendance de la présence de Dieu. Dieu est plus visible après chaque crise, mais aussi plus reconnu dans les événements quotidiens, quand la vie est tout simplement vécue. C'est la raison même pour laquelle nous devons célébrer - pour célébrer la fidélité et l'amour de Dieu. En vérité, la célébration n'est pas pour nous, mais pour ce Dieu inlassablement fidèle ».

 


Sr Gemma Dinglasan, qui a célébré son jubilé d'argent cette année lors d'une messe présidée par le Père Noel Rosas, O'Carm,
et l'autre jubilaire d'argent : Sr Juliet Abrigo ; les jubilaires d'or : Srs. Carmelita Arenas, Celine Cajanding, Antonia Lopez,
Henedina Mananzan, Milagros Santos, Christina Sevilla, Aurora Tan, Olga Malou Cristobal ; les jubilaires de diamant :
Srs. Josephine Bacaltos, Carmela Cruz, Bernard Derayunan ; et les jubilaires de platine : Srs. Irene Lat, Herminia Mendoza et Amabilis Oliva.